Le bloguepar Alfred
13 août 2019

Curiosité, rareté et accessibilité : le Portugal autrement, selon Antonio Maçanita

par Sophie Lamontagne

par Sophie Lamontagne du Coureur des bois, bistro gourmand

Travailler à un restaurant dont la cave est digne d’une mention aussi prestigieuse que le Grand Award of Excellence de la revue Wine Spectator est une expérience qui sort assurément de l’ordinaire. Le quotidien nécessite parfois d’enjamber un Carré d’As pour aller chercher une autre bouteille de grand renom (la vie dure, quoi!). Les meilleurs mots pour décrire cette réalité du Grand Award ne sont toutefois pas les miens, mais ceux d’un collègue : rareté, curiosité et accessibilité. Trois termes qui nourrissent l’imaginaire individuellement et qui, parfois, se retrouvent conjointement sous un seul nom. Antonio Maçanita, producteur portugais, rend justice à ces concepts grâce à ses vins au profil unique; des vins que le Coureur des bois est fier de proposer.

Passionné, audacieux, créatif : c’est à l’aube de sa vingtaine qu’Antonio Maçanita a découvert sa vocation pour la viticulture et a choisi d’y dédier sa vie. Il poursuivait alors ses études en agronomie à Lisbonne auprès, notamment, de Rogério de Castro. Ce producteur établi dans la belle région du Vinho verde a su transmettre son amour de la vigne à son étudiant qui, à la fin de sa scolarité, choisit de parcourir le monde pour découvrir la viticulture à l’international. Trois ans plus tard, il revient, inspiré pour un premier projet d’envergure : Fitapreta.

Source: Maçanita.com

Fitapreta est né de la rencontre d’Antonio Maçanita et de David Booth. « Un vigneron de vingt-trois ans et un viticulteur britannique; ça ne peut que mal aller! » Voilà ce que l’on disait d’eux à la naissance de cette maison qui, aujourd’hui, prouve que l’excellence peut aisément trouver son origine dans l’insoupçonné. Des vins modernes, mais authentiques sont le fruit de leur travail; eux-mêmes disent que l’innovation se trouve parfois par le simple retour aux sources. C’est pourquoi ces deux brillants partenaires vinicoles se sont tournés vers des cépages locaux, typiques de la région de l’Alentejo, pour produire des vins correspondant à leur perception de l’esthétique et à leurs états d’âme, mais toujours en phase avec ce que le terroir a à offrir. Et l’Alentejo, entre les mains de ces véritables artistes, n’offre que le meilleur.

Autre projet de Maçanita, dans la célèbre région du Douro avec nulle autre que sa soeur Joana : Maçanita Irmaos e Enologos. Deux oenologues d’une même famille, deux artistes du vin qui, à l’instar des pianistes, s’unissent pour faire ce qu’ils appellent un « vin à quatre mains ». Ayant fondé le domaine en 2011, le frère et la soeur souhaitaient représenter ce terroir mythique, qui est la plus vieille appellation portugaise —même mondiale!— en créant de concert un vin au caractère fort, une personnalité unique, fidèle à la vision Maçanita. Ils proposent des assemblages traditionnels de la région, mais aussi des excentricités telles qu’un Malvasia Fina en blanc et, en rouge, un Sousao issu de vieilles vignes. Tous deux laissent entendre avec humour que cette collaboration n’est pas sans son lot de défis et que, parfois, ils cherchent à s’entretuer. Or, on voit bien dans la bouteille qu’au-delà des habituelles frictions familiales, de grands objectifs peuvent être accomplis et qu’aussi bon partenariat est difficile à atteindre autrement que par une telle complicité.

Source: Maçanita.com

Ce n’est pas tout! Car bien que Fitapreta et Maçanita Irmaos e Enologos soient des projets prenants et passionnants, Antonio Maçanita oeuvre aussi au sein de Azores Wine Company, fondée en avril 2014. Travaillant de concert avec Filipe Rocha et Insula Vinus, l’idée leur est venue d’honorer un terroir peu connu du monde viticole et ses cépages indigènes uniques. Les Açores, ces îles de l’Atlantique riches de leur sol volcanique et de leur climat océanique, offrent non seulement un cadre idyllique pour quiconque souhaite les visiter —Pico, avec ses murailles de pierres de lave, fait d’ailleurs partie du Patrimoine mondial de l’Unesco—, mais aussi un berceau idéal pour la vigne. Idéal, mais rigoureux; car, la vigne doit souffrir pour offrir ce qu’elle a de mieux. Ainsi, plantée à même la roche-mère, à la merci de la bruine salée de l’océan, mais aussi des douces pluies annuelles, elle pousse là où le vieux dicton local dit que le meilleur raisin croît « là où on entend les crabes chanter ». The Azores Wine Company, où Maçanita office à titre d’oenologue, transmet dans ses vins toute la poésie et la culture de cette belle région du monde, de la façon la plus authentique possible. Les variétés plantées ont été choisies selon les traditions : cépages autochtones tels l’Arinto des Açores, différents de l’Arinto continental, l’Isabelle dont la culture a été proscrite, mais qui fait partie du quotidien insulaire depuis si longtemps qu’elle en est une importante facette identitaire… Bref, c’est toute la richesse des Açores et tout un monde qui bien souvent nous échappe que cette organisation met dans notre verre.

Curiosité, rareté et accessibilité : il a été affirmé plus tôt qu’Antonio Maçanita et ses vins étaient les parfaits ambassadeurs de ces concepts. Sous la baguette de cet oenologue remarquable, tous les trois se recoupent puisque sa philosophie est purement et simplement de partager —donc, de rendre accessible— ce qui est rare, ce qui est curieux. Le travail de Maçanita se résume aussi bien par l’audace que par l’excellence. Ses vins sont assurément à découvrir, redécouvrir et, chacun ayant eu le plaisir de les déguster sera d’accord avec moi, de les faire découvrir.

Alentejo, Fitapreta white, Fitapreta vinhos

Cuvée qui porte le nom du domaine, cet assemblage de cépages locaux est le vin estival par excellence. Imaginez-vous dans l’une des plus chaudes régions du Portugal, en plein été, et demandez-vous ce que vous voudriez boire: le blanc de Fitapreta, assurément. Fermenté à basse température dans des cuves d’acier inoxydable, ce vin est l’expression même de l’Antao Vaz, du Roupeiro et de l’Arinto : aucun fût ne vient maquiller le profil de ces variétés régionales. Il s’agit d’un blanc franc, élégant, dont l’impressionnant volume en bouche est équilibré par une finale sur la fraîcheur tout à fait exquise. Ses arômes expressifs nous laissent une impression d’écorce de citron, de pamplemousse blanc et de subtiles herbes séchées.

Alentejo, Palpite 2013, Fitapreta vinhos

« Intuition » en portugais, Palpite est le fruit des plus belles parcelles du domaine élevé dans leurs meilleurs barils. Si la cuvée homonyme en blanc est tout à fait charmante, cet assemblage d’Aragonez, d’Alicante Bouscheet, de Touriga Nacional et de Cabernet sauvignon gagnera le coeur des amateurs de gibiers et de vins corsés. Sa robe d’un intense rubis aux reflets violacés laisse deviner qu’on est sur un produit dense. Le nez le confirme : des arômes exubérants de fruits noirs mûrs en épousent, plus subtils, de fleurs séchées et d’herbes fraiches. Sa bouche saisit par sa structure volumineuse et ses tannins ronds, le tout s’achevant sur une finale persistante.

Isabella a Proibida, The Azores Wine Company

Cette cuvée excentrique vaut la peine d’être découverte pour son cépage si difficile à retrouver dans la cave d’un restaurant! L’Isabelle, cépage d’origine américaine, a été plantée au XIXe siècle afin de lutter contre la crise du phylloxera qui a ravagé le vignoble européen. Bien qu’il s’agisse de la principale variété en Inde, sa culture est maintenant interdite à travers l’Europe, car son fruit est jugé peu qualitatif par rapport aux variétés de Vitis Vinifera. Cependant, l’Isabelle fait partie de la culture des Açores depuis plusieurs générations. C’est le vin de table, celui que toutes les familles partagent; c’est le vin de messe, le vin des grandes fêtes : il fait partie de l’identité même de l’archipel. Comment the Azores Wine Company, soucieux de représenter le sens même de la région, pouvait passer outre? Une cuvée d’un rubis clair, au nez aussi effronté que séduisant s’ouvrant sur des notes de baies rouges acidulées, de fruits exotiques et de poivre rose, d’une fraîcheur saisissante, est donc proposée. Il s’agit du type de produit hors de l’ordinaire, impossible à retrouver, dont la structure suave et les arômes envoûtants ne peuvent laisser personne indifférent. La culture de l’Isabelle est toutefois interdite! Comment commercialiser ce vin excentrique? Maçanita, aussi effronté que son vin, corrige la situation en biffant le nom du cépage et en baptisant cette cuvée Proibida, « l’interdite ».

Pico, Arinto des Açores 2017, The Azores Wine Company

L’Arinto des Açores n’est pas l’Arinto portugais; on ne le retrouve pas sur le continent. Bien que similaire dans sa structure et son acidité, il s’agit en fait d’un lointain cousin du savagnin jurassien comme le sont le chenin blanc et le verdelho.

Les raisins utilisés pour cette cuvée sont plantés dans les fentes rocheuses du volcan Pico, qui donne son nom à l’appellation. Les ceps sont protégés de la houle océanique par des murailles de pierre volcaniques appelées « currais », mais restent fréquemment baptisés par la bruine légère et saline que provoquent les vagues en se heurtant sur ces murets. Cette salinité se retrouve d’ailleurs en bouche, en plus de fins arômes de citron vert et de pamplemousse, ainsi qu’une franche minéralité. Il va de soi que ce vin est le compagnon idéal des huîtres fraîches et des poissons blancs servis grillés.

Source: Maçanita.com

AlfredL'expert en vin.

Démarrez votre expérience Alfred dès aujourd'hui : S'abonner