Le bloguepar Alfred
26 mars 2020

Domaine du Chenoy – Région Wallonne de Belgique

par Pasquale Charland

Lors de cette visite dans les vignobles de la Belgique j’y ai fait de belles rencontres et de belles découvertes. On sous-estime à tort les vins belges. Ils n’ont certes pas la grande réputation de certains vins de sa voisine la France, mais il n’en demeure pas moins un intérêt grandissant pour ces nouveaux domaines du Nord. Domaine du Chenoy, au sein d’une douce campagne verdoyante et par cette journée grise de novembre, Pierre-Marie Despatures m’attend. 

Leur histoire débute avec l’arrivée de Philippe Grafe en 2003, personne très connue dans le monde du vin, ancien administrateur de Grafe Lecoq à Namur. Société qui, principalement, importait et importe toujours de France et qui élèvent ensuite en barrique. Ils ont notamment élevé Pétrus pour la Belgique. Il était éleveur plutôt que vigneron. Grâce à un ami, il devient l’acquéreur du Domaine de Chenoy, de ces bâtiments du 18e siècle et des 11 hectares de terre en pente de 15%, exposés plein sud. Il réalise rapidement que les sols conviennent parfaitement à la culture de la vigne. Il devient ainsi un des premiers à y avoir cru.

Historiquement, la Belgique a eu ses périodes où les vignes existaient entre 1600 et 1800 et puis avec le refroidissement climatique on a abandonné la vigne pour faire de la bière, si célèbre aujourd’hui ici. Et puis le réchauffement climatique a ramené la vigne en territoire Belge. Évidemment il n’a pas replanté les mêmes cépages de l’époque. De plus, le Domaine a un crédo spécialement bio, local et original. En faisant bio, ils créent des cépages résistants aux maladies, pour se donner les meilleures chances de réussir. Ils ont obtenu le label officiel depuis l’an dernier.

Local parce que 99% de leur production est vendue en Belgique. Ça n’est pas qu’ils sont fermés à l’exportation, ils en font avec les pays les plus proches un peu, mais c’est surtout pour garder un lien privilégié avec le client, petit client. Ils ne font pas affaire avec les grands clients par choix. Le côté original vient des cépages qui sont issus principalement de Suisse et d’Allemagne. Il ne cherche pas à faire du vin qui ressemble aux autres, et ne prétendent en rien se rapprocher de ce qui se fait. Il cherche ce côté unique qu’on peut difficilement comparer. « Il crée plus un terroir qu’un vignoble », affirme -t-il en toute modestie. Pierre-Marie et son frère Jean-Bernard, tous deux bio-ingénieurs de formation ont repris le Domaine en 2017.

Jean-Bernard est revenu au pays après un exil de plusieurs années à Bordeaux pour y faire ses classes viticoles auprès de grandes maisons de la région. Il ramène avec lui Éric Boissonnot, œnologue et spécialiste reconnu internationalement dans l’élaboration des meilleurs vins d’assemblage pour assembler désormais les vins du Chenoy. L’objectif commun est de constamment augmenter la qualité des vins par un travail régulier de la vigne et une amélioration de toutes les étapes de la vinification ; des vendanges, de l’encuvage, des macérations, des fermentations et bien entendu de l’élevage.


En bref, le Domaine Chenoy c’est:

 

AlfredL'expert en vin.

Démarrez votre expérience Alfred dès aujourd'hui : S'abonner