Le bloguepar Alfred
27 mars 2018

Le film-documentaire Grand Cru : l’éclat de la Bourgogne

par Alfred

L’année 2016 fut catastrophique pour les vignerons de Bourgogne. La sommelière Kate Johansson a assisté à la première de Grand Cru le 5 mars dernier, mettant en vedette le vigneron québécois Pascal Marchand, installé en France depuis 1983. Ce film-documentaire réalisé par David Eng présente la réalité quotidienne auquel doit faire face le vigneron.

Parfois, des fragments du temps trouvent leur conclusion quelques années plus tard. En 2015, Pascal Marchand et David Eng prenaient place à une table voisine de la mienne au restaurant. Ils étaient accompagnés d’un ami à moi, l’importateur Isaac Delaney. Nous avions donc pu être présentés. Il ne fallut pas quelques minutes qu’ils me tendaient déjà leurs verres !

Ils dégustaient deux bourgognes 1990 – deux Grands Crus (!..) Un Clos de Tart et un Clos de Vougeot du Château de la Tour.

« Goûte! Goûte! C’est vraiment sublime », s’exclamaient-ils.

J’ignore si à ce moment-là avait lieu les premiers remous du projet de film Grand Cru, mais chose certaine, la table était mise.

PROLOGUE
Le film-documentaire Grand Cru a été réalisé avec brio par l’artiste multidisciplinaire et virtuose  David Eng. L’histoire retrace la fabuleuse trajectoire de Pascal Marchand : un Montréalais aspirant poète, finalement devenu vigneron en Bourgogne et élu à l’âge de 22 ans par le Comte Armand pour s’occuper du Clos des Épeneaux ‒ rien de moins!

Installé dans la région de la Côte-de-nuits depuis maintenant 30 ans, Pascal fonde son propre domaine éponyme avant de s’associer à Moray Tawse de Niagara pour établir la Maison Tawse-Marchand, en 2010. L’oeuvre se déroule au fort du millésime ravageur 2016 : une année marquée par la grêle, le gel tardif, la pluie, les maladies, l’une des plus catastrophiques en Bourgogne.

AUX PREMIÈRES LOGES DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
Avant même l’agitation grandissante du climat actuel, la viticulture a toujours impliqué son lot phénoménal d’impondérables.

La coordination entre les opérations humaines dans le vignoble, l’atteinte d’une maturité phénolique idéale du raisin, le tout rythmé par les intempéries, la sècheresse, la propagation de maladies, relève d’une orchestration tellement complexe que le vigneron ou la vigneronne doit chaque année jongler avec énormément d’habileté, d’intuition et d’abandon de soi face à la Nature.

Bien que persistent encore aujourd’hui certains climatosceptiques, la viticulture se tient aux premières loges des changements climatiques et le vin en conservera inévitablement le précieux témoignage liquide.

LA BIODYNAMIE: BEAU TEMPS, MAUVAIS TEMPS
Pascal lutte pour s’en tenir à ses convictions. Même en 2016.

«La biodynamie, c’est travailler avec les forces de la Nature », affirme Pascal Marchand.

En effet, avec des pertes allant jusqu’à 80% sur certaines récoltes, plusieurs viticulteurs décidèrent d’abandonner tout simplement le sceau biodynamique. Alors que d’autres, vu la sévérité des circonstances, durent vendre leurs vignes…

« La philosophie que j’avais développée au cours des années a été pas mal ébranlée avec les derniers millésimes…», soutient le vigneron.

C’est en 1985 que Pascal Marchand a été introduit aux principes de la biodynamie. Ses études à Beaune n’ayant nullement encouragé son initiation au bio, et encore moins à la biodynamie, c’est plutôt avec quelques collègues de classe, dont Lafon, Rion, Giboulot, qu’il créa un groupe pour réfléchir à cette alternative.  Ces jeunes vignerons cherchaient vraisemblablement un rapport différent avec la Nature, en contre-pied à ce qui leur avait été enseigné.

« Avant 1995, tout le monde utilisait du désherbant chimique. Maintenant, 20% tout au plus en utilisent. Ça a déjà pollué suffisamment l’eau, l’air, les sols, notre santé!.. Si ce n’était pas de la pression énorme des lobbys, ça ferait longtemps qu’en aurait fini…», explique-t-il.

Les techniques anciennes, pratiquées par les moines Cisterciens au Moyen-Âge, apparaissent comme le moteur d’une grande inspiration pour Pascal : labours au cheval, plantation en foule, sélection de ses propres chênes pour fabriquer ses barriques. Son approche est holistique et basée sur les rythmes lents de la Nature. En dépit des grandes difficultés rencontrées, il affirme en outre que la très grande qualité des vins qui en est ressortie lui aura donné raison.

FAIRE LE VIN AVEC ÉMOTION
À son avis, parmi les terroirs exceptionnels de la Bourgogne, certains transcendent encore davantage. Il nomme : Chambertin, Chambertin Clos-de-Bèze, La Romanée, la Romanée-Conti.

« Mais celui qui est le plus spécial, le plus étonnant, qui me hisse littéralement les poils, c’est le Musigny », confirme-t-il.

Il raconte que dans le milieu des années 80, lorsqu’il commençait tout juste à faire du vin, les gens cherchaient surtout à extraire.

« On pigeait, on faisait des remontages. On s’appelait même pour se dire combien de remontages on avait faits pendant la journée! (rires) Mais bon, ça correspondait à une époque! »

Aujourd’hui, il constate sa propre évolution; que les vins qu’il élabore désormais se rapportent davantage à une infusion qu’à une extraction, avec un fruit et des tanins plus fins, un vin avec plus d’élégance…

MARCHAND-TAWSE
Basé à Nuits-Saint-Georges, Marchand-Tawse est propriétaire de 9 hectares de vignes. Domaine et négoce en même temps, leur production représente 9000 bouteilles provenant de 16 parcelles différentes, du nord au sud de la Bourgogne. Avec des pieds de vigne de 90 ans d’âge, les Mazis-Chambertins et les Musigny sont “l’or du domaine” selon Eddy Simard, le chef de culture.

ÉPILOGUE
La trame fondamentalement artistique de ce film, de par la photographie, la musique originale, la poésie des mots contemplatifs sur ce vignoble millénaire, trace un parallèle indéniable entre la complexité de ces multiples couches, au centre de la texture du vin, qui font du pinot noir et du chardonnay, les vins les plus incroyables .

Les amoureux de la Bourgogne seront charmé.es.

Bravo, David et Pascal !

Surveillez la sortie de Grand Cru le 6 avril 2018.
VISIONNEZ LA BANDE-ANNONCE

AlfredL'expert en vin.

Démarrez votre expérience Alfred dès aujourd'hui : S'abonner