Le bloguepar Alfred
31 octobre 2019

Les appellations d’origine contrôlée en Bourgogne (AOC)

par Sébastien Légasse

La Bourgogne est un bel exemple de complexité quant à son système d’appellation. Il est basé sur la qualité des parcelles où poussent les vignes. Cette région renferme 84 Appellations d’Origine Contrôlée (AOC).  

Les appellations régionales, qui constituent la moitié de la production, proviennent généralement des terrains plats ou dans le bas des pentes. On y retrouve parmi celles-ci les AOC Bourgogne, Crémant de Bourgogne et Mâcon. Vous retrouverez pour certains, l’ajout d’une dénomination géographique complémentaire comme avec Bourgogne Côte d’Or, qui auront comme effet de restreindre le territoire de provenance du raisin. Parfois, certains vins se font déclasser d’un niveau supérieur et peuvent même faire partie de la production classée régionale. On voit ce principe quand la quantité de raisin produit dépasse les normes autorisées ou encore, si le producteur estime que la qualité de la production n’atteint pas les standards demandés.

Les appellations villages, ou communales prennent leur nom de leur commune d’origine et on recense 44 AOC appartenant à ce niveau plus qualitatif. On les reconnaît en lisant le nom du village sur l’étiquette comme avec Meursault ou Gevrey-Chambertin. Parfois, en plus du nom de la commune, on voit la mention Premier Cru.  Celle-ci ajoute plus d’exigence quant au raisin produit, notamment sur la délimitation géographique et sur le rendement, qui représente la quantité de raisin produit par hectare. Plus le rendement est petit, plus le jus est concentré, ce qui a directement une influence sur la qualité du vin et évidemment sur le prix du vin.  

Au sommet de la pyramide des AOC bourguignons, trônent les Grands Crus, qui représentent 1% de la production.  On voit alors apparaître sur les étiquettes seulement le nom du Climat, cette parcelle bien précise et nommée depuis des siècles. Les fameux Chambertin, Echezeaux et Montrachet s’y côtoient avec les Romanée-Conti.  Bien que ces grands vins rayonnent internationalement et nous font rêver, il est évident que de nos jours, ces grands crus sont de moins en moins accessibles pour le portefeuille.  

Il faut dire que la production de vin est particulière dispendieuse. Le coût des terrains à la base est très prohibitif, surtout si vous êtes dans une région réputée, comme celle de la Bourgogne. Pour les vignobles déjà établis, la période des vendanges représente généralement la plus grosse dépense reliée à la production du raisin, surtout si la récolte se fait manuellement. On peut le faire ainsi pour des raisons de qualité ou encore parce que le terrain rend impossible toute mécanisation. Du côté de la vinification, l’ensemble des installations, cuves et barriques, peut chiffrer très rapidement. C’est sans oublier le temps où le vin doit patienter avant sa commercialisation. La réglementation associée à l’appellation va habituellement préciser le temps minimum de vieillissement en cuve et en bouteille. Une forte demande pour des produits ou des régions amène un autre levier qui influencera aussi le prix de vente du vin.

Le vigneron va donc espérer que sa saison sera optimale afin que sa production combine la qualité et la quantité prévue!


Voici 3 suggestions couvrant les AOC régionales, villages et grands crus:

Louis Latour Bourgogne Chardonnay

Vin blanc, 750 ml

Code SAQ : 00055533 | Prix régulier : 19,10 $

Domaine Chevalier Père & Fils Côte-de-Nuits-Villages 2016

Vin rouge, 750 ml

Code SAQ : 12899869  | Prix régulier : 46,75 $

Chanson Chablis Les Preuses Grand Cru 2016

Vin blanc, 750 ml

Code SAQ : 13967587  | Prix régulier : 99,25 $

AlfredL'expert en vin.

Démarrez votre expérience Alfred dès aujourd'hui : S'abonner